Bonjour tout le monde !

Comment allez-vous ?

Haaaaa les routes de Californie, la Route 66, les grands parcs, Los Angeles et San Fransisco… Les road trips aux USA, ça fait rêver ! Mais avant de partir vadrouiller sur les routes, il peut être intéressant de se mettre au point sur les règles de conduite du coin…

Et pour les futurs expatriés (car oui, je sais qu’il y en a qui me lisent !), l’obligation de repasser votre permis de conduire vous questionne ?

Nous nous retrouvons donc aujourd’hui pour un nouvel article sur la conduite en Californie !

1 (3)

LA CONDUITE EN CALIFORNIE

Bon point : la conduite en Californie n’est pas fondamentalement différente de la conduite en France. On roule à droite (ça commence donc bien), on attache sa ceinture, on respecte les feux et panneaux de signalisation qui sont d’ailleurs tout à fait compréhensibles. Jusque là, tout va bien !

Il y a malgré tout quelques petites différences importantes à prendre en compte lorsque l’on souhaite s’aventurer sur les routes californiennes !

  1. Les routes américaines sont nettement plus larges que les routes françaises et il n’est pas rare de croiser une autoroute à 4, 5 voire 6 voies par côté.
  2. La vitesse est toujours indiquée en miles par heure (noté mph) et non en km/h. Les limitations de vitesse sont très régulièrement rappelées mais il est nécessaire de connaitre les limitations de base : 25mph en zone résidentielle, buisness ou scolaire ; entre 35mph et 45mph sur les autres routes de ville ; 55 mph sur les highways (sorte de périphérique) et jusqu’à 65-70 sur les Interstates (sorte d’autoroute).
  3. Les feux de signalisation sont situés en hauteur, de l’autre côté de l’intersection (et non directement à notre niveau). Pensez donc à regarder au loin !
  4. La priorité à droite n’existe pas ! La priorité est donnée à celui qui arrive en premier ; on trouve des carrefours avec 4 stops… A chacun de savoir en quelle position il est arrivé !
  5. Il est possible de doubler par la gauche ou par la droite ! Et donc de fait, il est possible de se faire doubler par les deux côtés. Cela oblige à beaucoup de vigilence.
  6. Il est autorisé de tourner à droite au feu rouge. Bien sûr, tous les autres véhicules et piétons sont prioritaires et il n’est possible de tourner qu’une fois que la voie est totalement libre. D’ailleurs, pour tourner à droite, le code stipule que la voiture doit déborder SUR la voie cyclable.
  7. Il est obligatoire de s’arrêter et stationner sur le côté droit de la route lorsqu’un camion de pompier actionne ses sirènes… même s’il est sur la voie opposée à la vôtre !
  8. Les school bus (bus scolaires) ont également la priorité et vous devez vous arrêtez dès lors que leurs feux rouges sont allumés. De la même manière, quel que soit le côté de la route où vous vous situez par rapport au school bus.
  9. Le taux d’alcoolémie au volant est limité à 0.1g/L maximum, soit : Attention, tolérance zéro, on ne rigole pas avec ça !
  10. Sur l’autoroute, vous êtes autorisés à rouler sur la voie « carpool » -co-voiturage-, dite aussi HOV -high occupancy vehicle- dès lors que vous êtes plus de deux dans la voiture (un conducteur + un passager donc). Cela peut s’avérer réellement pratique lorsqu’il y a du traffic. Les américains ont la fâcheuse tendance à rouler seuls dans leur voiture et vous leur passerez donc devant en empruntant cette voie, séparée du reste de la route par deux bandes. Vous reconnaitrez cette voie spéciale grâce aux panneaux l’annonçant, ainsi qu’aux losanges dessiné sur la route. Cliquez ici.
  11. Bonne nouvelle ! Les autoroutes sont gratuites. Moins bonne nouvelle : elles sont donc souvent un peu abimées… attention aux nids-de-poule !
  12. On fait beaucoup plus facilement demi-tour, soit grâce aux espaces spécialement réservés à cet effet, soit au feu de signalisation, en se plaçant dans la voie de gauche.
  13. L’utilisation du portable est absolument interdite au volant. Pensez à régler la fonction GPS avant votre départ…

samedi (2)

Après plusieurs mois passés ici, quelques observations qui pourraient vous intéresser avant de prendre le volant :

  • Si les français se montrent parfois agressifs au volant, il n’en est rien des californiens qui se montrent plutôt relaxs (on se fait rarement klaxonner parce qu’on ne roule pas assez vite ou parce qu’on a embêté un conducteur).
  • En revanche, les californiens (du moins sur la highway deSan Diego) se montrent bien plus « égoistes » au volant. Je m’explique : ils n’actionnent quasiment jamais leur clignotant pour signaler leur intention de tourner, doubler ou se déporter. Vigilence donc, car ils ont tendance à le faire à n’importe quel moment, y compris, voire surtout sur l’autoroute ! (je vous rappelle en plus qu’il est possible de doubler par la droite ou la gauche). Par ailleurs, et même si de notre côté, nous avons bien indiqué notre volonté de nous déporter avec notre petit clignotant, partez du principe qu’ils ne s’en occupent pas… Ils ne ralentiront pas pour vous laisser la priorité ou vous insérer en toute tranquillité.
  • A part ça, les américains sont réputés pour conduire de manière plutôt sécuritaire et tranquille ; les autoroutes sont longues et droites, et tout le monde semble trouver cela certe ennuyeux, mais reposant. Et puis, cela laisse le temps d’apprécier le paysage environnant…samedi (3)SAM_5052

*

*

…………………………………………………………………………………………….

PASSER SON PERMIS DE CONDUIRE EN CALIFORNIE

Alors oui, nous pouvons toucher deux-trois mots à ce sujet… car s’il est tout à fait possible de conduire en Californie lors d’un séjour touristique de moins de trois mois, il est nécessaire, et même obligatoire, de repasser un permis de conduire local lorsque l’on s’y installe plus de 3 mois, de manière définitive ou temporaire (cela m’a d’ailleurs beaucoup fait grincer des dents…) ! Notez que le permis international ne vous sera d’aucune utilité particulière, si ce n’est d’être traduit en anglais (il est donc conseillé, mais absolument pas obligatoire).

Le permis de conduire peut, en Californie, être passé dès l’âge de 16 ans. Il ne coûte que 33$ pour présenter jusqu’à trois essais au code de la route, puis trois essais de test de conduite (on est très loin des tarifs français). L’heure de conduite avec un moniteur est facturée environ 40$, mais c’est là que le permis californien est intéressant : A partir de 18 ans, un « permis instructionnel » permet à toute personne ayant validé l’examen du code de la route de conduire avec un adulte détenteur d’un permis de conduire californien. Ce qui s’est avéré très intéressant dans notre situation… Car si Antoine a passé son permis de conduire avec brio rapidement après notre arrivée, je n’avais de mon côté pas conduit depuis fort longtemps…

5 (2)

Reprise de la conduite dans la Death Valley en mars 2016 après le code…

Concrètement, le permis de conduire se décompose en deux épreuves, que l’on présente au DMV (Deparment of motor vehicles – l’administration relative à tout ce qui concerne la route, la voiture et le permis de conduire)  :

  1. L’examen du code de la route.

Après lecture assidue du bouquin du code de la route (bouquin existant dans toutes les langues SAUF en français) et quelques entrainement sur internet, nous voilà prêts à aller passer le code au DMV. Il est possible de prendre rendez-vous ou de se rendre au DMV à l’improviste, ça marche aussi, avec « un peu plus » d’attente. Premier guichet, les papiers principaux nous dont demandés (pièce d’identité, passeport, visa, DS-2019, I-94, permis de conduire français, numéro de sécurité sociale, preuve de résidence et éventuel acte de mariage en fonction du nom à inscrire sur le futur permis). Un test de vision et une photo d’identité prise sur place plus tard, le test peut commencer ! Les candidats s’avancent chacun leur tour à l’un des postes informatiques proposés et fixés au mur, dans une sorte de petit isoloir. Les consignes sont présentés à l’écran tactile, puis les questions s’enchainent, nous indiquant lorsque l’on a fait une erreur. Pour avoir son code, il faut faire moins de 6 erreurs sur 36 questions (5 erreurs si on passe le test dans sa langue maternelle, à laquelle une épreuve de panneau est alors ajoutée). Et voilà, c’est fait ! Le DMV fournit ensuite directement le « permis instructionnel » et propose si on le souhaite, une date de permis de conduire dans les deux semaines !

2. L’examen de conduite, dit « behind de wheels » (derrière les roues).

Cette fois, il est nécessaire de prendre rendez-vous, soit après le code donc, soit sur internet (rdv donné dans les 10 jours). On se présente d’abord au guichet du DMV, accompagné d’un adulte de plus de 18 ans en possession d’un permis californien, où sont demandés : le permis instructionnel, le permis de conduire de l’accompagnateur, l’assurance de notre voiture ainsi qu’un papier pouvant qu’elle est bien enregistrée au DMV. Ha oui ! Car on se présente au permis de conduire avec sa propre voiture (ou bien celle d’un copain… voire une de location) ! Une fois la paperasse faite, nous voilà prêts à passer l’examen ! La voiture doit être conduite dans une file d’attente (on passe le permis de conduire à la queue leu leu ici, entre deux ados de 16 ans…!) avant qu’un instructeur nous rejoigne pour démarrer ! Après vérification des principales commandes de la voiture, nous voilà partis sur les routes californiennes pour un tour d’une quinzaine de minutes. Au programme, de la route de ville, de la route en zone résidentielle, du parking, quelques intersections à feux ou à stop, une marche-arrière et deux changements de voie. Pas de manœuvre pour se garer ou d’autoroute. Puis retour au DMV où l’instructeur nous donne directement le résultat de l’examen… Et si c’est tout bon, la carte du permis de conduire, qui vaut dans le pays comme carte d’identité, est ensuite envoyée à domicile dans les 3 semaines (thérotiquement).

Rapide et pas cher le permis de conduire !

Bon, et si vous êtes arrivés jusque là, peut-être cela vous aura-t-il traversé l’esprit… si je fais cet article aujourd’hui, c’est que ce lundi 1er aout 2016 est une date à inscrire dans les annales puisque… j’ai passé ET obtenu mon permis de conduire californien ! Youhoooou, c’est la fête !

2016-08-01 Permis de conduire (2)

Sans oublier de remercier mon dear husband Antoine, qui a fait preuve d’une patience et d’une pédagogie à toute épreuve pour m’accompagner à reprendre la route !

J’espère que cet article pourra se révéler utile à de futurs voyageurs ou expatriés !

A bientôt,

Emma

6 thoughts on “Conduite et permis de conduire en Californie

  1. Mais quelle star … Cet Antoine! Pour avoir encouragé et accompagné mon AMAZING cousine dans ce défi!!!
    Je pourrai encore conduire quand je reviendrai vous voir?!
    Buvons à ta victory!!
    Bisous

  2. Mais trop bien !! Je viens de trouver un petit peu de temps pour revenir voir ton blog et qu’est-ce que j’apprends là !!! Je me rappelle de quand tu le passais en France il me semble… ça va pas nous rajeunir tout ça !! En tous cas, félicitations !!!!

    • Haaa génial de te retrouver par ici !!
      Bon du coup, ça m’a forcé à repenser à tout ça, et puis je suis finalement allée regarder la date sur mon permis parce que je n’arrivais pas à me souvenir de l’année… Et donc verdict : j’ai passé le permis français en été 2010 et si je me souviens bien j’ai fait mon stage avec toi en… mai-juin 2011 ! Donc j’avais mon permis depuis un an. Ptet que je préparais autre chose ? Genre mon camp scout ?
      Quoi qu’il en soit, comme tu dis, ça nous rajeunit pas tout ça :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − = 12