Bonjour à tous,

Me revoilà enfin avec un nouvel article ! Youpi !

Le renforcement de la sécurité sur le site semble porter ses fruits et je devrais maintenant pouvoir reprendre mes activités bloguistiques plus régulièrement ! De fait, cela fait un moment que je n’ai pas écrit d’article « nouvelles » avec des news et photos récentes, mais cela viendra, no worries ! Tout va bien pour nous et nous continuons nos visites et pérégrinations… A rajouter au carnet de voyage dans trois semaines, un séjour à New York (du 23 au 29 juin) !!! En attendant, je rattrape mon retard avec un premier article sur Los Angeles, que nous avons visité pour la première fois avec Antoine début mai, puis moi de nouveau avec ma cousine Sarah fin mai.

Pour ce premier article (probablement sur trois), nous nous rendons à Hollywood et au Grifith observatory de Los Angeles !

LA viber (44)

D’abord, un petit briefing « le Guide du routard » sur Los Angeles pour ceux qui le souhaitent :

« A 640km de San Fransisco et 200km de San Diego, Los Angeles est une métropole riche, énergique, créative, bouillonnante, et pourtant inégalitaire (27% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, soit près de 3 millions de personnes), travaillée de l’intérieur par une foule de problèmes sociaux et de conflits ethniques. Voilà une agglomération sans centre véritable, sorte d’immense puzzle de 88 quartiers vivant chacun de façon autonome et juxtaposée, avec ses riches et ses pauvres, sa splendeur et sa misère, son or et sa poussière. On dit souvent de LA qu’elle n’est qu’une mer infinie de béton… Erreur ! La ville fappe, dès les premiers instants par son horizontalité verdoyante, ses espaces verts, l’omniprésence de la nature : proximité du désert, abondance des arbres, des taillis, des herbes folles au bord des autoroutes qui la sillonnent. Hormis les tours géantes de Downtown, où les gens travaillent mais n’habitent pas, LA ressemble à une banlieue à perte de vue, où les maisons en bois, entourée de jardins coquets témoignent d’une réelle qualité de vie. En quelques décennies, cette ville est devenue le berceau d’une culture capable de s’exporter dans le monde entier. Tout a commencé avec l’usine à rêves de Hollywood. puis ont été inventés des objets et des modes de vie qui ont fait le tour du monde : le roller-skate et le roller tout court, le body-building, le jogging. Et ce n’est pas fini… Point d’aboutissement de la conquête de l’Ouest, point d’arrivée de la fameuse Route 66 qui commence à Chicago et s’achève à Santa Monica face au Pacifique, LA continue à porter le r^ve américain à bout de bras. »

Quelques chiffres intéressants piochés dans le GDR :

  •  La ville s’étend sur 1290km², ce qui la place au deuxième rang des plus grandes villes des Etats-Unis
  •  La ville compte près de 4 millions d’habitants, le Los Angeles County, 12.2 millions, ce qui en fait le plus grand du pays, et la région de LA, 18 millions
  •  On recense 140 nationalités différentes, les deux plus grandes communautés immigrés étant d’origine hispanique et asiatique, et plus de 200 langues et dialectes parlés.
  •  Moins d’un tiers de la population est blanche
  •  La majorité (48.5%) des Angelenos appartiennent à la communauté hispanique
  •  On compte 291 jours d’ensoleillement plein ou partiel sur une année, et 38 cm de pluie par an, ce qui donne un résultat délicieux : d’immenses palmiers, des cyprès comme en Provence, des eucalyptus comme en Australie, des cactus comme dans le désert, des orangers comme en Andalousie.

Les habitants de San Diego ne sont globalement pas fans de Los Angeles, qu’ils trouvent trop grande, trop agitée et trop bruyante (oui, ici, on est plutôt en mode tranquille et serein !), et plusieurs personnes nous avaient dit de ne pas avoir d’attentes trop importantes car nous risquerions d’être déçus. Et bien ce fut finalement plutôt le contraire : n’ayant jamais eu de « rêve américain », voire « hollywoodien », nous avons tous été positivement surpris par la ville et nos différentes visites. Certes, il vaut mieux ne pas s’y rendre avec de trop « high expectations », mais il faut l’avouer, c’est plutôt rigolo de découvrir en vrai toutes ces images si connues à travers le monde !

Pour ces premières visites de LA, nous avons donc naturellement décidé de commencer la visite par Hollywood !

LA viber (2)[Musique]

Je vous passe l’histoire d’Hollywood largement décrite dans le GDR et vous laisse le soin de suivre ce lien si cela vous intéresse.

Aujourd’hui, la réputation mondiale de Hollywood est toujours inégalée. A peu près 90% des personnes travaillent dans l’industrie du cinéma et les dépenses faites dans ce domaine aux États-Unis sont concentrées dans ce seul district.

Au coeur d’Hollywood s’étend, sur plus d’un km, de part et d’autre de Hollywood boulevard le Walk of Fame, avec ses étoiles attribuées aux grandes vedettes selon cinq catégories.

IMG_3687

Il y a aujourd’hui plus de 2460 de ces grandes étoiles en ciment imitant le marbre incrustées dans les trottoirs, une tradition née en 1958. Régulièrement, une nouvelle étoile voit le jour. Pour l’obtenir, il faut en faire la demande à la chambre de commerce locale, puis, si celle-ci est acceptée, verser 30 000$ (!!). Certains personnages de fiction ont leur étoile, comme Mickey Mouse, Shrek et les Simpsons.

Selon le GDR, la promenade est peu spectaculaire (et ils n’ont pas tout à fait tord) mais cela reste sympa de pointer chaque étoile dont le nom nous est familier !

IMG_3657IMG_3654IMG_3662

Nous avons pris notre temps pour marcher le long de ce Walk of Fame, humer l’ambiance et observer l’environnement, les bâtiments, les personnes déguisées en personnages de film.

SAM_5597

SAM_5643SAM_5644

IMG_3670

Devant le musée de cire (que nous n’avons pas visité) avec Maryline Monroe !

Nous croisons à plusieurs reprises la petite statuette des oscars (mais dans diverses proportions !), chevalier longiligne en bronze plaqué or. Cette statuette prestigieuse est remise chaque années depuis 1929 comme récompense aux meilleurs films, réalisateurs, scenaristes et techniciens du 7ème art. Une sorte de prix Nobel du cinéma, en somme.

20160430_133109 LA viber (26) IMG_3669Nous croisons des fresques représentant les artistes d’aujourd’hui et autrefois… je vous laisse le soin de reconnaitre tel ou tel acteur et juger par vous-même de la qualité plus ou moins importante du dessin…!

IMG_3656 SAM_5649Bien sûr, la visite n’aurait pas été la même sans entrer dans chaque magasin de souvenirs avec Sarah, et j’ai profité de ces instants shopping (vous savez que ce n’est pas mon fort…) pour m’essayer au style américain !

LA viber (32)

Et puis, le long de la promenade, au détour d’une rue… le voici, le voilà !!! Le panneau Hollywood !!!!

Incontournable, le panneau se découpe en lettres géantes dans les collunes. On l’aperçoit d’un peu partout, au hasard d’un croisement d’avenues. A l’origine, en 1923, le panneau était une publicité imaginée par un promoteur pour vendre des maisons sur les collines de Hollywood, qui s’appelait à l’époque Hollywoodland. En état de détérioration depuis longtemps, le plus grand panneau publicitaire du monde fut sauvé deux fois in extremis, grâce à des stars du rock et du cinéma, qui ont chacune adopté une lettre. C’est aujourd’hui une marque déposée, gérée, comme le Walk of Fame, par la chambre du commerce de Hollywood !

LA viber (37)

Au coeur du Walk of Fame, nous découvrons enfin les bâtiments et lieux d’intérêts :

D’abord, Hollywood & Highland, centre commercial de 5 étages s’organisant autour d’une esplanade babylonienne avec 2 énormes éléphants perchés en haut de colonnes.

SAM_5632 IMG_3683Puis le Dolby Theatre, spécialement construit pour la cérémonie des Oscars.

IMG_3664 IMG_3680 IMG_3681Et enfin, le TCL Grauman’s Chinese Theatre, l’un des cinémas les plus célèbres du monde, classé monument historique depuis 1968 (les conditions de projection y sont parfaites et c’est là qu’ont lieu la plupart des grandes premières) avec les fameuses empreintes de stars sur son esplanade.

SAM_5645 SAM_5619

C’est là que les plus grandes personnalités du cinéma sont immortalisées par l’empreinte de leurs mains et de leurs pieds dans le ciment. A remarquer, celles de R2D2, et celles de Donald Duck, l’humour du Bogart, les petits pieds de Shriley Temple, les minuscules talons de Marilyn Monroe et les immenses panards de Schwarzenegger. Trois nouvelles emprintes s’ajoutent à la collection chaque année.

IMG_3679 IMG_3675 IMG_3673 LA viber (30) LA viber (59)IMG_3671 IMG_3672 LA viber (22)Pas immense, mais vraiment  sympa !

Après cette bonne balade, nous avons continué la visite avec Antoine au Grifith Observatory, situé non loin d’Hollywood, pour profiter de la vue sur le panneau d’un peu plus près, et de l’autre côté sur la ville de LA. Le slogan de cet incontournable du Grifith Park : « là où les stars sont les étoiles ». Son histoire est assez croustillante : sa construction fut financée par Grifith J. Griffith (vous aussi vous bloquez sur le nom ?), grâce à un don de 700 000$, mais la ville de LA refusa dans un premier temps cet argent, car Griffith venait de sortir de prison pour le meurtre manqué de sa femme. On attendit donc sa mort, en 1919 pour commencer la construction de cet édifice Art déco qui servit aussi de décor dans La fureur de vivre et Terminator. D’après le GDR, la visite vaut vraiment le détour (et on confirme), non seulement pour la vue superbe sur la ville et le panneau « Hollywood », mais aussi pour les différentes animations qui y sont proposées.

SAM_5662 SAM_5661 SAM_5658Et comme on ne peut évidemment pas y couper en allant à Los Angeles, la photo des nouveaux San Diegans devant le panneau Hollywood !

SAM_5651 SAM_5652 SAM_56521

Voilà pour ce première article sur Los Angeles ! Hollywood n’est pas le quartier que l’on a préféré, mais c’est une première visite assez sympa pour entamer la découverte de la ville ! L’observatoire du Griffith nous semble intéressant à faire si le ciel est bleu et la vue dégagée !

Enfin, comme Antoine me l’a fait remarqué à plusieurs reprises, il faut que je vous mentionne que « oui, c’est tout à fait possible de trouver des places gratuites pour se garer à Los Angeles, si tant est que l’on soit Ok pour marcher une dizaine de minutes » !

Je termine par une spéciale casse-dédi à nos familles !

Plein de bises à tous et à bientôt pour la suite des aventures !

Emma

LA viber (52)

8 thoughts on “Los Angeles – Hollywood et le Grifith observatory

  1. 😄Comme vous êtes beaux ! Merci pour cet article tout ces détails. Parce que nous on avait pas pris le temps de tout regarder à LA. (Punaise et dire qu’on était à LA quoi normal… lol ! ) On avait encore beaucoup de routes haha bisous

  2. Super, tous les clichés sont là !
    Même si nous ne passerons pas par LA, ça donne un avant goût de la Californie.
    Ça donne quoi l’humour de Bogart ?
    Bises
    A bientôt !
    Papa

    • Oui, c’est vrai que ça donne un bon avant-goût de la Californie et de ses clichés, tous bien présents à LA !
      Les stars dédicacent leurs empreintes de mains et pieds à SID, le constructeur du Chinese Theater. Sur la sienne, Bogart à écrit : SID, puisses-tu ne pas mourir…jusqu’à ce que je te tue ! Voilà voilà…
      Bisous

  3. Waah les mains d’Emma Watson !
    Je veux faire tout pareil !
    (Clémence 10 ans)

    En passant rapidement, j’ai cru que c’était moi avec la casquette haha, copieuse de coupe !

    Sinon c’est bien comme j’imagine et j’ai hâte de voir !

    • Je t’avoue que j’étais pas peu fière de cette photo ! Allez, soon, it will be your turn !
      He ouai… ya comme un air de famille, c’est indéniable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

87 − 82 =