Mai 2015, je reçois un sms d’Antoine, alors en fin de thèse : « J’ai la possibilité d’aller travailler à San Diego l’an prochain ! ».

Ni une ni deux, me voilà sur google à chercher la localisation de cette ville… En Californie ?!? En voilà une surprise ! Nous savions que nous serions probablement amenés à déménager à l’étranger après la thèse d’Antoine, mais si loin, nous ne nous y attendions pas !

Dix jours plus tard, entretien via skype avec le futur possible employeur ; c’est positif, il propose à Antoine un emploi à l’Université de San Diego, pour un post-doctorat de deux ans. A nous de donner la réponse d’ici mi-juillet.

Branle-bas de combat dans nos têtes (enfin dans ma tête surtout !). Nous discutons un peu, beaucoup, … pesons le pour, le contre… discutons, encore et encore… Je change d’avis 50 fois par jours, une vraie girouette ! Moi qui ai toujours rêvé partir faire le tour du monde, rencontrer et découvrir de nouvelles cultures, langues, paysages… La décision est compliquée à prendre, même si je mesure bien les opportunités que cela représente (parler anglais, visiter Los Angeles, San Fransisco, le Mexique, les grands parcs nationaux, …).

A l’excitation du voyage et l’envie de nouveauté/découverte se mêle l’inquiétude de quitter sa famille, ses amis et son petit confort lyonnais, devoir s’installer, repasser le permis de conduire, se faire de nouvelles connaissances, et puis s’occuper, pendant qu’Antoine est au travail (« Vas-y, c’est l’occas de faire tout ce que tu as toujours souhaité faire sans en avoir le temps ! »). Car si une équipe l’attend de l’autre côté de l’océan, je serai pour ma part sans activité professionnelle, mon visa ne me permettant pas (dans un premier temps) de travailler en toute légalité.

Le visa ! Parlons-en ! Nous comprenons vite que les Etats-Unis sont très carrés en matière d’immigration et que ma venue peut vite être remise en cause. Nous partirons ensemble ou pas du tout. Une seule solution, partir avec des visas J1 (pour Antoine) et J2 (pour moi). Les Etats-Unis ne reconnaissent officiellement ni le concubinage ni le PACS, la seule option reste de partir en tant que couple marié ! Ce qui donne d’autant plus d’importance à la réflexion…

Fin juillet (oui, il aura fallu 10 jours supplémentaires pour se faire à l’idée !), nous prenons notre décision et la transmettons au futur employeur. L’opportunité est trop belle, c’est « OUI », nous nous marions et partons ensemble nous installer deux ans à San Diego. C’est parti ! Que l’aventure californienne à deux commence !

[Musique]

One thought on “En avant pour la Californie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

84 + = 86